2 étudiantes du Master 2 RH ESS FEG ont obtenu le Prix tremplin recherche ADDES CJDES

L’Association pour le Développement des Données sur l’Économie Sociale et le Centre des jeunes dirigeants de l’économie sociale (CJDES.org) ont remis leur prix du meilleur mémoire de master  (Prix Tremplin Recherche) mardi 9 avril à Paris.2 étudiantes du master RH ESS de la Faculté d’Économie et de gestion ont vu leur mémoire primé ex aequo sur 41 mémoires présentés.Jeanne Chauvin (formation initiale) avec son mémoire sur l’identification de l’utilité sociale : levier de construction du sens : une étude de cas chez les petits freres des Pauvres, sous la direction de Francesca Petrella et Hélène Duclos
Et Audrey Giraudo (formation continue) : Hypercroissance d’une ONG et culture organisationnelle : le cas de SOS Méditerranée, sous la direction de Nathalie Moncel. Les mémoires sont téléchargeables sur le site de l’ADDES.Résumé mémoire Audrey Giraudo Hypercroissance d’une ONG et culture organisationnelle : le cas de SOS Méditerranée sous la direction de Nathalie Moncel.Association civile de sauvetage en haute mer, SOS MEDITERRANEE a connu en trois années d’existence une croissance fulgurante. Ce mémoire cherche d’abord à mieux comprendre cette dynamique, qui est qualifiée ici d’hypercroissance. Décrite comme un phénomène déstabilisant, nous explorons ses différentes composantes, tensions et origines pour cette ONG. Dans un deuxième temps, replaçant au centre de l’analyse les acteurs de l’association, nous interrogeons les notions de management et de culture organisationnelle au coeur de ce phénomène d’hypercroissance. Nous démontrons en quoi une culture organisationnelle solide peut être pivot pour une association dans une telle dynamique. L’enquête nous permet enfin de dessiner les contours de la culture organisationnelle propre à SOS MEDITERRANEE France, et d’identifier quelques un des effets de l’hypercroissance sur ses membres.Résumé Jeanne Chauvin : l’identification de l’utilité sociale : levier de construction du sens : une étude de cas chez les petits freres des Pauvres Sous la direction de F. Petrella et Hélène DuclosPartant du constat que l’association doit aujourd’hui prouver son utilité sociale tout en construisant du sens pour entretenir l’engagement des individus qui la compose, le mémoire s’interroge sur la capacité de la démarche d’identification de l’utilité sociale à être vectrice de création de sens. A partir d’une étude de cas sur une équipe d’action des petits frêres des pauvres, l’auteure montre que l’identification de l’utilité sociale est un levier de conscientisation de l’agir constitutif de l’association. Elle vient aussi nourrir la production de sens individuel et constitue un facteur de motivation pour l’engagement bénévole, et peut intervenir à la fois sur le recrutement mais aussi sur la permanence.